(les dispositions explicatives apparaissent en italique)

Préambule

  1. Code de conduite
    1. Pratiques de consommation ou de recrutement trompeuses ou illégales
    2. Produits, services et matériels promotionnels
    3. Conditions de vente
    4. Garanties et engagements
    5. Identification et confidentialité
    6. Schémas pyramidaux
    7. Achats de stocks
    8. Déclarations de revenus
    9. Chargement des stocks
    10. Paiement des droits
    11. Formation et matériels
  2. Responsabilités et devoirs
    1. Enquête rapide et pas de défense d'entrepreneur indépendant
    2. Publication requise
    3. Agent responsable du code
    4. Effet extraterritorial
  3. Administration
    1. Interprétation et application
    2. Administrateur du code
    3. Procédure
  4. Règlement pour le respect du code de déontologie de la DSA
    1. Réception des plaintes
    2. Coopération avec l'administrateur du code
    3. Procédure informelle d'enquête et de décision
    4. Comité d'examen des appels
    5. Procédure d'examen des appels
    6. Codes d'éthique des entreprises membres
      1. Validation par l'administrateur
      2. Procédure alternative pour assurer le respect des règles
  5. Pouvoirs de l'administrateur
    1. Remèdes
    2. Affaire classée
    3. Refus d'obtempérer
    4. Demande de réintégration après une suspension ou un renvoi
  6. Limitations
    1. Concerter avec d'autres personnes
    2. Documents
    3. Membres en attente de DSA
  7. Démission
  8. Modifications

Préambule

L'Association de vente directe, reconnaissant que les sociétés engagées dans la vente directe assument certaines responsabilités envers les clients découlant de la méthode de distribution par contact personnel de leurs produits et services, énonce par la présente les principes et pratiques équitables et éthiques de base auxquels les sociétés membres de l'association continueront d'adhérer dans la conduite de leur entreprise.

Vers les sommets !

A. Charte de bonne conduite

Pratiques de consommation ou de recrutement mensongères ou illégales

a. Aucune société membre de l'Association ni aucun vendeur indépendant d'une société membre ne doit se livrer à une pratique trompeuse, mensongère, contraire à l'éthique ou illégale à l'égard des consommateurs ou du recrutement. Les sociétés membres doivent s'assurer qu'aucune déclaration, promesse ou témoignage n'est fait qui soit susceptible d'induire en erreur les consommateurs ou les vendeurs potentiels.

b. Les sociétés membres et leurs vendeurs indépendants doivent se conformer à toutes les exigences de la loi. Bien que ce Code ne reprenne pas toutes les obligations légales, le respect de toutes les lois pertinentes par les sociétés membres et leurs vendeurs indépendants est une condition d'acceptation et d'adhésion continue à DSA.

c. Les sociétés membres doivent mener leurs activités à l'égard des autres membres dans le respect du présent Code et de toutes les lois pertinentes.

d. Les informations fournies par les sociétés membres et leurs vendeurs indépendants aux vendeurs indépendants potentiels ou actuels concernant l'opportunité et les droits et obligations qui y afférents doivent être exactes et complètes. Les sociétés membres et leurs vendeurs indépendants ne doivent faire aucune déclaration factuelle aux vendeurs indépendants potentiels qui ne puisse être vérifiée, ni faire aucune promesse qui ne puisse être tenue. Les sociétés membres et leurs vendeurs indépendants ne doivent pas présenter une opportunité de vente à un vendeur indépendant potentiel d'une manière inexacte, trompeuse ou mensongère.

e. Les sociétés membres et leurs vendeurs indépendants ne doivent pas inciter une personne à acheter des produits ou des services sur la base de la représentation selon laquelle un consommateur peut récupérer tout ou partie du prix d'achat en recommandant des consommateurs potentiels, si de telles réductions ou récupérations sont en violation des lois applicables en matière de ventes par recommandation.

f. Les sociétés membres doivent fournir à leurs vendeurs indépendants soit un accord écrit devant être signé à la fois par la société membre et le vendeur indépendant, soit une déclaration écrite contenant les détails essentiels de la relation entre le vendeur indépendant et la société membre. Les sociétés membres doivent informer leurs vendeurs indépendants de leurs obligations légales, y compris de leur responsabilité de s'occuper des licences, enregistrements et taxes applicables.

g. Les sociétés membres fournissent à leurs vendeurs indépendants des comptes périodiques comprenant, le cas échéant, les ventes, les achats, le détail des gains, les commissions, les primes, les réductions, les livraisons, les annulations et autres données pertinentes, conformément à l'accord de la société membre avec le vendeur indépendant. Toutes les sommes dues seront payées et toutes les retenues seront effectuées d'une manière commercialement raisonnable.

h. Les vendeurs indépendants doivent respecter le manque d'expérience commerciale des consommateurs. Les vendeurs indépendants ne doivent pas abuser de la confiance des consommateurs individuels, ni exploiter l'âge, la maladie, le handicap, le manque de compréhension ou la méconnaissance d'une langue d'un consommateur.

1a. Cette section ne fait pas passer les litiges de "prosélytisme" ou de “commando de la force de vente" sous la juridiction du Code, sauf si ces litiges impliquent des allégations de pratiques ou de comportements de recrutement trompeurs, contraires à l'éthique ou illégaux visant des vendeurs potentiels. Dans ces cas, la section s'applique. Tel qu'utilisé dans cette section, " contraire à l'éthique " signifie une violation du Code de déontologie de la DSA des États-Unis.

L'administrateur du Code de la DSA a l'autorité de déterminer ce qui constitue une pratique de consommation ou de recrutement trompeuse, illégale ou contraire à l'éthique en vertu du Code en utilisant les normes juridiques en vigueur comme guide. Le respect d'une loi, d'un règlement ou d'une disposition particulière du Code de déontologie de la DSA ne constitue pas une défense contre une telle détermination par l'administrateur du Code de la DSA qu'une pratique est trompeuse, illégale ou contraire à l'éthique. Par exemple, dans le cas d'une vente à un consommateur, la conformité à la règle de modération de la Federal Trade Commission n'empêche pas l'administrateur du Code de la DSA de déterminer qu'une pratique de vente particulière est trompeuse, illégale ou contraire à l'éthique et qu'un remboursement ou une compensation est nécessaire.

1. et 2. Ces sections couvrent les communications concernant votre propre entreprise ou une autre entreprise. Par exemple, un distributeur de l'entreprise A fait des déclarations erronées sur l'entreprise B et/ou ses produits à des consommateurs ou à des vendeurs potentiels.

Vers les sommets !

2. Produits, services et matériels promotionnels

a. L'offre de produits ou de services à vendre par les sociétés membres de l'Association doit être exacte et véridique quant au prix, à la catégorie, à la qualité, à la marque, à la valeur, aux performances, à la quantité, à la devise du modèle et à la disponibilité. La commande de produits et de services d'un consommateur doit être satisfaite en temps voulu.

b. Les sociétés membres ne doivent pas faire de comparaisons trompeuses de l'opportunité de vente directe, des produits ou des services d'une autre société. Toute comparaison doit être basée sur des faits qui peuvent être objectivement corroborés. Les sociétés membres ne doivent pas dénigrer une autre société membre, une entreprise, un produit ou un service - directement ou implicitement - d'une manière fausse ou trompeuse et ne doivent pas tirer un avantage injuste de la notoriété attachée au nom commercial et au symbole de toute société, entreprise, produit ou service.

c. La documentation promotionnelle, les publicités et les correspondances ne doivent pas contenir de descriptions de produits, d'affirmations, de photos ou d'illustrations fausses, trompeuses ou mensongères. (La documentation promotionnelle doit contenir le nom et l'adresse ou le numéro de téléphone de la société membre et peut inclure le numéro de téléphone du vendeur indépendant individuel).

d. Les vendeurs indépendants doivent offrir aux consommateurs des informations précises concernant : le prix, les conditions de crédit ; les conditions de paiement ; une période de réflexion, y compris les politiques de retour ; les conditions de garantie ; le service après-vente ; et les dates de livraison. Les vendeurs indépendants doivent donner des réponses compréhensibles et précises aux questions des consommateurs. Dans la mesure où des réclamations sont faites sur les produits, les vendeurs indépendants ne doivent faire que les réclamations sur les produits autorisées par la société membre.

3. Conditions de vente

a. Une commande ou un reçu écrit doit être remis au client au moment de la vente initiale ou avant. Dans le cas d'une vente effectuée par courrier, téléphone, Internet ou tout autre moyen non présentiel, une copie du bon de commande doit avoir été fournie au préalable, être incluse dans la commande initiale ou être fournie sous forme imprimable ou téléchargeable par Internet. Le bon de commande doit indiquer clairement, lisiblement et sans ambiguïté :

  1. Les conditions de vente, notamment le montant total que le consommateur devra payer, y compris tous les intérêts, les frais de service et les commissions, ainsi que les autres coûts et dépenses requis par la loi fédérale et la loi de l'État ;
  2. L'identité de la société membre et du vendeur indépendant, et contenir le nom complet, l'adresse permanente et le numéro de téléphone de la société membre ou du vendeur indépendant, ainsi que toutes les conditions matérielles de la vente ; et
  3. Les conditions d'une garantie, les détails et les limitations éventuelles du service après-vente, le nom et l'adresse du garant, la durée de la garantie et les mesures de recours dont dispose le consommateur. Ces informations peuvent également être fournies dans d'autres documents d'accompagnement fournis avec le produit ou le service.

b. Les entreprises membres et leurs vendeurs doivent offrir un délai de réflexion écrit et clairement indiqué permettant au consommateur de se rétracter d'un ordre d'achat dans un délai minimum de trois jours à compter de la date de la transaction d'achat et de recevoir le remboursement intégral du prix d'achat.

c. Les entreprises membres et leurs vendeurs indépendants offrant un droit de retour, conditionné ou non à certains événements, doivent le fournir par écrit.

4. Garanties

Les conditions de toute garantie offerte par le vendeur dans le cadre de la vente doivent être fournies à l'acheteur d'une manière pleinement conforme aux lois et réglementations fédérales et étatiques en matière de garantie. Le fabricant, le distributeur et/ou le vendeur doivent s'acquitter pleinement et rapidement de leurs obligations conformément aux conditions de toutes les garanties offertes aux consommateurs.

5. Identification et confidentialité

a. Au moment d'entamer une présentation de vente, les vendeurs indépendants doivent s'identifier clairement et honnêtement, ainsi que leur société, la nature des produits ou services de leur société et la raison de la sollicitation. Le contact avec le consommateur doit être établi de manière polie et pendant des heures raisonnables. Une démonstration ou une présentation de vente doit prendre fin à la demande du consommateur.

b. Les sociétés membres et les vendeurs indépendants doivent prendre les mesures appropriées pour garantir la protection de toutes les informations personnelles fournies par un consommateur, un consommateur potentiel ou d'autres vendeurs indépendants.

6. Les schémas pyramidaux

Aux fins du présent Code, les systèmes de vente pyramidale ou à chaîne sans fin sont considérés comme des transactions de consommateurs pouvant faire l'objet d'une action en vertu du présent Code. L'administrateur du Code déterminera si de telles opérations pyramidales ou en chaîne sans fin constituent une violation de ce Code, conformément aux lois ou règlements fédéraux, étatiques et/ou locaux applicables.

6. La définition d'une "pyramide illégale" est basée sur les normes de droit existantes telles que reflétées dans In the matter of Amway, 93 FTC 618 (1979) et les lois anti-pyramides du Kentucky, de la Louisiane, du Montana, de l'Oklahoma et du Texas. Conformément à ces lois, les sociétés membres doivent rémunérer les vendeurs directs principalement sur la base des ventes de produits, y compris les services, achetés par toute personne pour une utilisation ou une consommation réelle. Cette rémunération peut inclure une compensation basée sur les ventes aux vendeurs directs individuels pour leur propre utilisation ou consommation réelle.

7. Achats de stocks

a.Toute société membre dont le plan marketing implique la vente de produits, directement ou indirectement, à des vendeurs indépendants doit clairement indiquer, dans sa documentation de recrutement, son manuel de vente ou son contrat avec les vendeurs indépendants, que la société rachètera à des conditions commerciales raisonnables les stocks actuellement commercialisables, en possession du vendeur et achetés par ce dernier pour être revendus avant la date de fin de la relation commerciale du vendeur avec la société ou ses vendeurs indépendants. Aux fins du présent code, les "conditions commerciales raisonnables" comprennent le rachat du stock commercialisable dans les douze (12) mois suivant la date d'achat par le vendeur à au moins 90 % du coût net initial du vendeur, moins les compensations appropriées et les réclamations légales, le cas échéant. Aux fins du présent code, les produits ne seront pas considérés comme "actuellement commercialisables" s'ils sont renvoyés pour être rachetés après que la période d'utilisation ou de conservation commercialement raisonnable des produits soit passée ; les produits ne seront pas non plus considérés comme "actuellement commercialisables" si l'entreprise indique clairement aux vendeurs, avant l'achat, que les produits sont saisonniers, discontinués ou en promotion spéciale et ne sont pas soumis à l'obligation de rachat.

7a. L'objectif du rachat est d'éliminer le préjudice potentiel que représente le " gonflement des stocks ", c'est-à-dire la pratique consistant à charger les vendeurs en stocks qu'ils sont incapables ou peu susceptibles de vendre ou d'utiliser dans un délai raisonnable. Le chargement de l'inventaire a historiquement été réalisé en donnant aux vendeurs des incitations financières pour les ventes sans tenir compte des ventes finales aux consommateurs réels ou de leur utilisation. Les dispositions de rachat du Code sont destinées à décourager le chargement des stocks et à protéger les distributeurs des préjudices financiers qui pourraient résulter du chargement des stocks.

" L'inventaire " est considéré comme comprenant à la fois des produits tangibles et intangibles ; c'est-à-dire à la fois des biens et des services. La " qualité marchande actuelle " de l'inventaire est déterminée en fonction de l'état spécifique du produit. Les facteurs que l'administrateur du Code doit prendre en considération pour déterminer la " qualité marchande actuelle " sont l'état des marchandises et le fait que les produits ont été utilisés ou ouverts ou non.

Les changements dans la demande du marché, la formulation du produit ou l'étiquetage ne sont pas des motifs suffisants pour que l'entreprise affirme qu'un produit n'est plus "commercialisable". La nature ingérable de certains produits ne limite pas non plus en soi la commercialisation actuelle de ces produits. La réglementation gouvernementale qui peut restreindre ou limiter la possibilité de revente finale d'un produit ne limite pas ses "possibilités actuelles de commercialisation" aux fins du Code.

Les lois de l'État exigent que certaines dispositions de rachat requises par la loi soient décrites dans le contrat d'un vendeur direct. Tout en reconnaissant que le contrat est probablement l'endroit le plus efficace pour une telle information, le Code de DSA permet de placer la disposition dans "la documentation de recrutement ou le contrat". Le Code de DSA vise à souligner que la divulgation doit se faire par écrit et être clairement énoncée. Quelle que soit la façon dont elle est divulguée, l'obligation de rachat doit être interprétée comme une obligation contractuelle de l'entreprise.

Une entreprise ne doit pas mettre d'obstacles déraisonnables (par exemple, des procédures) sur la voie des vendeurs qui cherchent à revendre des produits à l'entreprise.

La procédure de rachat doit être aussi efficace que possible et conçue pour faciliter le rachat des produits. Les dispositions relatives au rachat s'appliquent à tous les distributeurs cessant leur activité et remplissant les conditions requises pour ce rachat, y compris les distributeurs qui ne sont pas nouveaux dans une entreprise donnée, ou ceux qui ont quitté une entreprise pour vendre pour une autre entreprise.

b. Toute entreprise membre dont le plan marketing exige que les vendeurs indépendants achètent du matériel promotionnel, des aides à la vente ou des kits produits par l'entreprise doit clairement indiquer, dans sa documentation de recrutement, son manuel de vente ou son contrat avec les vendeurs indépendants, que l'entreprise rachètera ces articles à des conditions commerciales raisonnables.

Toute entreprise membre dont le plan marketing offre à ses vendeurs indépendants un avantage financier lié à la vente de matériel promotionnel, d'aides à la vente ou de kits produits par l'entreprise doit clairement indiquer, dans sa documentation de recrutement, son manuel de vente ou son contrat avec les vendeurs indépendants, que l'entreprise rachètera, à des conditions commerciales raisonnables, le matériel promotionnel, les aides à la vente ou les kits produits par l'entreprise et actuellement commercialisables.

Une entreprise membre doit clairement indiquer dans sa documentation de recrutement, son manuel de vente ou son contrat avec les vendeurs indépendants si les articles non couverts par la présente section ne peuvent être rachetés par l'entreprise.

7b. Les modifications de 1998 précisent que les aides à la vente, les trousses et le matériel promotionnel, bien qu'ils ne soient pas des stocks ou qu'ils ne soient pas nécessairement destinés à la revente, sont assujettis à l'exigence de rachat si une entreprise exige leur achat ou si une incitation financière est associée à leur vente. Il a été reconnu que le " chargement " de ces articles peut causer le même préjudice aux participants au régime que le chargement de " stocks ".

Concernant le dernier paragraphe de la section 7b., la divulgation de l'admissibilité ou de l'inadmissibilité d'un article au rachat est essentielle. Dans la mesure où le rachat n'est pas exigé par cette disposition du Code, pour les articles qu'une entreprise choisit de ne pas racheter, l'entreprise doit divulguer clairement et visiblement à l'acheteur que les articles ne sont pas soumis à l'obligation de rachat. Dans le cadre d'une telle communication, le refus de reprendre un article ne constituera pas une violation, à condition que le membre agisse de bonne foi et ne tente pas d'échapper à l'obligation de rachat.

Vers les sommets !

8. Déclarations de revenus

Aucune entreprise membre ne doit faire de fausses déclarations sur les ventes ou les revenus réels ou potentiels de ses vendeurs indépendants. Toute déclaration de revenus ou de ventes faite par les sociétés membres doit être basée sur des données factuelles.

8. Il existe de nombreux précédents juridiques, sous la forme de décisions de la FTC, qui fournissent des indications sur la question des déclarations de bénéfices. Bien qu'ils ne soient pas déterminants, ces précédents devraient être utilisés par l'Administrateur du Code pour prendre des décisions quant à la pertinence des déclarations de bénéfices des entreprises.

La simple interdiction de fausses déclarations prévue par le Code visait, en partie, à éviter d'encombrer indûment les start-ups qui ont peu ou pas d'historique de revenus réels avec leur plan de compensation ou les entreprises établies qui testent ou lancent de nouveaux plans de compensation. L'approche de l'interdiction vise à faire en sorte que les entreprises dans ces circonstances n'aient qu'à s'assurer que leur documentation promotionnelle et leurs déclarations publiques indiquent clairement que le plan de rémunération est nouveau et que tous les graphiques, illustrations et exemples déclarés de revenus dans le cadre du plan sont de nature potentielle et ne sont pas basés sur le rendement réel d'une ou de plusieurs personnes.

9. Gonflement des stocks

Une entreprise membre ne doit pas exiger ou encourager un vendeur indépendant à acheter des stocks en quantité déraisonnable par rapport à ce qui peut être revendu et/ou consommé dans une période de temps raisonnable. Les sociétés membres doivent prendre des mesures raisonnables pour s'assurer que les vendeurs indépendants recevant une compensation pour le volume des ventes de leurs subordonnés consomment, utilisent ou revendent les produits et services qu'ils achètent afin de pouvoir bénéficier d'une compensation.

9. Se reporter à, Code explicatif §7a. concernant le gonflement des stocks.

10. Règlement des droits

Ni les entreprises membres ni leurs vendeurs indépendants ne doivent demander aux individus d'assumer des frais d'entrée, des frais de formation, des frais de franchise, des frais pour du matériel promotionnel ou d'autres frais liés uniquement au droit de participer à l'activité de vente directe. Tous les frais facturés pour devenir un vendeur indépendant doivent être directement liés à la valeur des matériels, produits ou services fournis en retour.

10. Les droits d'entrée élevés peuvent être un élément des systèmes pyramidaux, dans lesquels les individus sont encouragés à dépenser d'importants frais initiaux, sans recevoir de produit de valeur équivalente. Ces frais deviennent alors le mécanisme qui alimente la pyramide et fait courir aux participants un risque de préjudice financier. Certaines lois locales ont des exigences de remboursement des frais similaires aux dispositions de rachat décrites dans le Code §7a. Le Code élimine le préjudice des frais importants en interdisant les frais déraisonnablement élevés. L'administrateur du Code est habilité à déterminer quand des frais sont "déraisonnablement élevés". Par exemple, si un remboursement est offert pour une partie seulement d'un droit d'entrée, pour couvrir ce qui pourrait être décrit comme un inventaire, et qu'il n'y a rien d'autre donné ou reçu pour le solde du droit d'entrée, comme un programme de formation, cette partie du droit d'entrée peut être considérée comme déraisonnablement élevée par l'Administrateur du Code. Cette section du Code renforce la disposition de la Partie B du Code. Les responsabilités et les devoirs exigeant que les sociétés traitent les violations du Code des forces de vente indépendantes.

11. Formation et matériels

a. Les entreprises membres doivent fournir une formation adéquate pour permettre aux vendeurs indépendants de travailler dans le respect de l'éthique.

b. Les sociétés membres interdisent à leurs vendeurs indépendants de commercialiser ou d'exiger l'achat par d'autres de tout matériel incompatible avec les politiques et procédures de la société membre.

c. Les vendeurs indépendants qui vendent du matériel promotionnel ou de formation approuvé par la société membre, que ce soit sous forme papier ou électronique, doivent :

  1. Utiliser uniquement des matériaux conformes aux mêmes normes que celles utilisées par l'entreprise membre,
  2. Ne pas faire de l'achat de ce matériel une exigence pour les autres vendeurs indépendants,
  3. Fournir ce matériel à un prix qui ne dépasse pas celui auquel un matériel similaire est généralement disponible sur le marché, et
  4. Proposer une politique de retour écrite, identique à celle de la société membre que le vendeur indépendant représente.

d. Les sociétés membres doivent prendre des mesures diligentes et raisonnables pour s'assurer que le matériel promotionnel ou de formation produit par leurs vendeurs indépendants est conforme aux dispositions du présent Code et n'est pas faux, trompeur ou mensonger.

Vers les sommets !

B. Responsabilités et devoirs

1. Enquête rapide et pas de défense d'entrepreneur indépendant

a. Les entreprises membres doivent établir, faire connaître et mettre en œuvre des procédures de traitement des plaintes afin de garantir une résolution rapide de toutes les plaintes.

b. Dans le cas où un consommateur se plaindrait que le vendeur ou le représentant offrant à la vente les produits ou les services d'une société membre s'est engagé dans une conduite inappropriée concernant la présentation de ses produits ou services, la société membre enquêtera rapidement sur la plainte et prendra les mesures qu'elle jugera appropriées et nécessaires dans les circonstances pour réparer les torts que son enquête révèle avoir été commis.

c. Les sociétés membres seront considérées comme responsables des violations du Code commises par leurs solliciteurs et représentants lorsque l'Administrateur constate, après avoir examiné tous les faits, qu'une violation du Code a eu lieu. Aux fins du présent Code, dans le but de favoriser la protection des consommateurs, les sociétés ne soulèveront pas volontairement le statut d'entrepreneur indépendant des vendeurs distribuant leurs produits ou services sous leur marque ou leur nom commercial comme moyen de défense contre les allégations de violation du Code et une telle action ne doit pas être interprétée comme une renonciation du droit des sociétés à soulever une telle défense dans toute autre circonstance.

d. Les membres souscrivant à ce Code reconnaissent que son succès nécessitera une diligence dans la sensibilisation de leurs employés et/ou des grossistes et détaillants indépendants commercialisant les produits ou services du membre aux obligations du membre en vertu du Code. Aucune partie souscriptrice ne doit, de quelque manière que ce soit, tenter de persuader, d'inciter ou de contraindre une autre partie à enfreindre ce Code, et les souscripteurs par les présentes conviennent que l'incitation à l'infraction à ce Code est considérée comme une violation du Code.

e. Les vendeurs individuels ne sont pas liés directement par ce Code, mais comme condition de participation au système de distribution d'une société membre, ils sont tenus par la société membre à laquelle ils sont affiliés d'adhérer à des règles de conduite répondant aux normes de ce Code.

f. Ce Code n'est pas une loi mais ses obligations exigent un niveau de comportement éthique de la part des sociétés membres et des vendeurs indépendants qui est conforme aux exigences légales applicables. Le non-respect de ce Code ne crée aucune responsabilité de droit civil. Lorsqu'une société quitte l'adhésion à la DSA, elle n'est plus liée par ce Code. Toutefois, les dispositions de ce Code restent applicables aux événements ou aux transactions qui ont eu lieu pendant la période où une entreprise était membre de la DSA.

2. Publication obligatoire

a. Toutes les entreprises membres sont tenues de soumettre à la DSA, en même temps que leur demande d'adhésion ou, dans le cas des membres existants, en même temps que leur prochain paiement de cotisation, une proposition de programme sur la manière dont l'entreprise prévoit de faire connaître le Code de déontologie de la DSA à ses vendeurs et aux consommateurs. Le plan doit contenir, au minimum, l'un des éléments suivants :

  1. l'inclusion sur le site Web de l'entreprise du code de déontologie de la DSA avec une explication détaillée sur la manière de déposer une plainte ; ou
  2. un lien du site Web de l'entreprise vers le code de déontologie de la DSA, ainsi qu'un énoncé clair, en caractères gras, indiquant comment faire le lien ; ou
  3. une inclusion du code de déontologie de l'entreprise, ou de son processus de plainte, sur son site Web, ou avec une explication de la façon dont un plaignant peut faire appel à l'administrateur du code de la DSA dans le cas où le plaignant n'est pas satisfait de la résolution en vertu du code de l'entreprise, ou du processus de plainte de l'entreprise, avec une référence au site Web du code de déontologie de la DSA.

b. Tous les membres, après avoir soumis leur programme, sont tenus de déclarer annuellement, au moment du paiement de leur cotisation, que le programme demeure efficace ou d'indiquer tout changement.

3. Agent de responsabilité du code

Chaque société membre et société en instance d'adhésion est tenue de désigner un agent de responsabilité du code de la DSA. L'agent de responsabilité du code est chargé de faciliter la conformité au code par son entreprise et de répondre aux demandes de renseignements de l'administrateur du code de la DSA. Il ou elle servira également de contact principal au sein de l'entreprise pour communiquer les principes du Code de déontologie de la DSA à ses vendeurs indépendants, aux employés de l'entreprise, aux clients et au grand public.

4. Effet extraterritorial

Chaque société membre doit se conformer au Code de conduite de la Fédération mondiale des associations de vente directe en ce qui concerne les activités de vente directe en dehors des États-Unis dans la mesure où le Code de la WFDSA n'est pas incompatible avec la loi américaine, à moins que ces activités ne relèvent de la juridiction du code de conduite de la DSA d'un autre pays à laquelle la société membre appartient également.

Vers les sommets !

C. Administration

1. Interprétation et mise en application

Le Conseil d'administration de l'Association de Vente Directe doit nommer un Administrateur du Code pour une durée déterminée qui sera fixée par le Conseil avant la nomination. Le conseil d'administration a le pouvoir de congédier l'administrateur pour un motif valable uniquement. Le Conseil d'administration doit fournir une autorité suffisante pour permettre à l'Administrateur de s'acquitter correctement des responsabilités qui lui sont confiées en vertu du présent Code. L'Administrateur sera responsable directement et uniquement devant le Conseil d'administration. Le Conseil d'administration établira tous les règlements nécessaires à l'administration des dispositions du présent Code.

2. Administrateur du code

a. L'Administrateur doit être une personne dont l'intégrité est reconnue, qui connaît bien l'industrie et dont la stature inspire le respect à l'industrie et au public. Il nommera un personnel adéquat et compétent pour l'assister dans l'exercice de ses fonctions. Pendant son mandat, ni l'Administrateur ni aucun membre de son personnel ne sera un dirigeant, un administrateur, un employé ou un actionnaire important d'un membre ou d'une société affiliée de la DSA. L'Administrateur doit divulguer toutes les actions qu'il détient dans une société membre avant sa nomination et doit également divulguer tout achat ultérieur de ces actions au Conseil d'administration. L'administrateur aura également les mêmes droits d'indemnisation que les administrateurs et les dirigeants en vertu des règlements de l'Association de Vente Directe.

b. L'administrateur fixe, publie et applique des procédures transparentes de traitement des plaintes afin de garantir un règlement rapide de toutes les plaintes.

c. L'Administrateur, conformément aux règlements établis par le Conseil d'administration comme prévu par les présentes, entendra et déterminera toutes les accusations portées contre les membres souscrivant aux présentes, en donnant à ces membres ou personnes l'occasion d'être pleinement entendus. L'Administrateur a le pouvoir d'initier toute procédure, et doit à tout moment bénéficier de l'entière coopération de tous les membres.

3. Procédure

a. L'Administrateur détermine si une violation du Code a eu lieu conformément aux règlements promulgués en vertu des présentes. L'Administrateur répondra aussi rapidement que possible à toutes les questions posées par les membres concernant le Code et son application et, le cas échéant, pourra suggérer, pour examen par le Conseil d'administration, de nouvelles réglementations, définitions ou autres mises en œuvre pour rendre le Code plus efficace.

b. Si, selon l'administrateur du Code, une plainte dépasse le champ d'expertise ou les ressources de l'administrateur, ce dernier peut refuser d'exercer sa compétence en la matière et peut, à sa discrétion, recommander au plaignant un autre forum dans lequel la plainte peut être traitée.

c. L'administrateur s'engage, par l'intermédiaire de son bureau, à maintenir et à améliorer toutes les relations avec les bureaux d'amélioration des entreprises et autres organisations, tant privées que publiques, en vue d'améliorer les relations de l'industrie avec le public et de recevoir de ces organisations des informations relatives aux activités de vente de l'industrie.

Vers les sommets !

D. Règlement pour l'application du code de déontologie de la DSA

1. Réception des plaintes

Dès réception d'une plainte d'un consommateur de bonne foi ou lorsque l'administrateur a des raisons de croire qu'un membre a violé le code de déontologie, l'administrateur transmet une copie de la plainte, le cas échéant, au membre accusé, ainsi qu'une lettre informant le membre qu'une enquête préliminaire sur une violation possible spécifiée conformément à la section 3 est en cours et demandant la coopération du membre pour fournir les informations, la documentation et les commentaires explicatifs nécessaires. Si une plainte écrite n'est pas à l'origine de l'enquête de l'administrateur, ce dernier doit fournir un avis écrit sur les raisons qui le poussent à croire qu'une violation a été commise. En outre, l'Administrateur du Code doit honorer toute demande de traitement confidentiel de l'identité de la partie plaignante faite par cette dernière.

2. Coopération avec l'administrateur du code

Dans le cas où un membre refuse de coopérer avec l'Administrateur et refuse de fournir les informations, la documentation et les commentaires explicatifs nécessaires, l'Administrateur enverra au membre, par courrier recommandé, un avis lui donnant l'occasion de se présenter devant le Comité d'examen des recours à une certaine date afin de démontrer pourquoi son adhésion à l'Association de Vente Directe ne devrait pas être résiliée. Si le membre refuse de coopérer avec l'administrateur ou de demander une révision par le comité d'examen des requêtes, le conseil d'administration de la DSA, ou une partie désignée de celui-ci, peut voter la résiliation de l'adhésion du membre.

3. Procédure informelle d'enquête et de décision

a. L'administrateur mène une enquête préliminaire, en prenant les contacts d'enquête nécessaires pour parvenir à une décision éclairée quant à la violation présumée du Code. Si l'Administrateur détermine, après l'enquête informelle, qu'il n'est pas nécessaire de prendre d'autres mesures ou que l'allégation de violation du Code n'est pas fondée, la poursuite de l'enquête et l'action administrative sur la question prendront fin et la partie plaignante en sera informée.

b. L'administrateur peut, à sa discrétion, remédier à une violation présumée du Code par le biais d'une communication informelle, orale et écrite, avec la société membre accusée.

c. Si l'administrateur détermine que l'allégation est suffisamment fondée, en ce sens que les violations apparentes sont d'une nature, d'une portée ou d'une fréquence telles qu'elles exigent des mesures correctives conformément à la partie E et que les intérêts supérieurs des consommateurs, de l'Association et de l'industrie de la vente directe exigent des mesures correctives, il doit aviser le membre de sa décision, du raisonnement et des faits qui l'ont motivée, ainsi que de la nature des mesures correctives qui, selon lui, devraient être prises. L'avis de l'administrateur doit offrir au membre la possibilité de consentir volontairement à accepter les mesures correctives suggérées sans qu'il soit nécessaire de tenir une audience en vertu de l'article 4. Si le membre désire régler la question de cette manière informelle, il doit, dans les 20 jours, aviser l'administrateur, par écrit, de sa volonté de consentir. La lettre à l'Administrateur peut préciser que la volonté du membre de consentir ne constitue pas une admission ou une croyance que le Code a été violé.

Vers les sommets !

4. Comité de révision des appels

Un comité d'examen des appels composé de cinq représentants des entreprises membres actives sera sélectionné par le comité exécutif du conseil d'administration de la DSA. Chaque membre servira pour un mandat de trois ans. Les cinq membres seront sélectionnés de manière à représenter un échantillon représentatif de l'industrie. Lorsqu'une entreprise membre fait appel, le président du conseil d'administration de la DSA choisira trois des cinq membres du comité d'examen des appels pour constituer un comité de trois personnes chargé d'examiner l'appel, et nommera l'un d'entre eux président de ce comité. Dans la mesure du possible, aucune des trois entreprises ne doit vendre un produit qui fait spécifiquement concurrence à l'appelant, et tous les efforts doivent être faits pour éviter les conflits dans la sélection du panel. Si, pour une raison quelconque, un membre du panel ne peut pas remplir ses fonctions ou terminer un mandat, le président du conseil de la DSA peut remplacer cette personne par une nouvelle nomination pour le reste du mandat non rempli avec l'accord du comité exécutif.

5. Procédure de révision des appels

a. Si une entreprise membre s'oppose à l'imposition d'une mesure corrective par l'administrateur, elle a le droit de demander une révision de la décision de l'administrateur par le comité de révision des appels. Une entreprise membre doit faire une telle demande par écrit à l'administrateur dans les 14 jours suivant la notification de la mesure corrective par l'administrateur. Dans les 10 jours suivant la réception d'une telle demande, l'administrateur en informera le président du conseil d'administration de la DSA qui, à ce moment-là, sélectionnera le panel de trois personnes conformément à la section 4 ci-dessus. Cette sélection doit avoir lieu dans les 30 jours suivant la demande de révision du membre.

b. Dès que le panel a été sélectionné, l'Administrateur informe l'Appelant des noms des panélistes, y compris le nom du président du panel. Dans les 14 jours suivant cette notification, l'Administrateur envoie une copie de la Plainte et de tous les documents pertinents, y compris une explication du fondement de la décision d'imposer une mesure corrective, aux membres du panel avec copie à l'Appelant. Dès réception de ces informations, l'appelant dispose d'un délai de 14 jours pour déposer auprès du groupe d'experts les raisons pour lesquelles il estime qu'une mesure corrective ne devrait pas être imposée, ainsi que tout document supplémentaire pertinent. Des copies de ces informations doivent également être envoyées à l'Administrateur.

c. Une fois que les membres du panel ont reçu l'information de l'administrateur et de l'entreprise membre, le panel termine son examen dans les 30 jours ou dès que possible par la suite. Le panel décidera si la décision de l'administrateur d'imposer des mesures correctives était raisonnable compte tenu de tous les faits et circonstances en cause et confirmera la décision de l'administrateur, l'annulera ou imposera une sanction moindre en vertu de la partie E. Le panel sera libre de communiquer avec l'administrateur et l'appelant et toute autre personne qui pourrait être un témoin pertinent de la plainte, de façon formelle ou informelle, selon ce qui est jugé approprié. La décision du panel est définitive et doit être communiquée rapidement à l'administrateur et à l'appelant. Les frais liés à l'appel, tels que les frais de photocopie, de téléphone, de télécopie et de courrier, sont à la charge de l'appelant.

6. Codes de déontologie des entreprises membres

a. Autorisation de l'administrateur

  1. Si une plainte est déposée contre une société membre dont le code de déontologie a été enregistré auprès de l'administrateur du code de déontologie de la DSA, et que l'administrateur a émis un avis selon lequel le code de la société est compatible avec le code de déontologie de la DSA, le plaignant doit d'abord épuiser tous les recours prévus par le code de déontologie de la société avant de déposer une plainte auprès de l'administrateur du code de la DSA. Si le plaignant a épuisé ces recours et estime que le traitement de la plainte par l'entreprise n'est pas satisfaisant, le plaignant peut faire appel de la décision de l'entreprise auprès de l'administrateur du code de la DSA. Le plaignant doit d'abord informer l'entreprise de son intention de faire appel à la DSA. Le plaignant doit également transmettre à l'administrateur de la DSA tous les documents pertinents de la procédure de code de l'entreprise.
  2. Après avoir reçu un tel appel, l'Administrateur s'entretiendra avec l'entreprise pour obtenir toute information supplémentaire concernant l'affaire ainsi qu'une explication de la décision de l'entreprise. L'administrateur décide si la résolution de la plainte par l'entreprise était raisonnable compte tenu de tous les faits et circonstances en cause. Si l'Administrateur décide par la négative, il travaillera avec l'entreprise pour tenter de résoudre le problème de manière satisfaisante pour toutes les parties. Si l'Administrateur constate que l'entreprise membre ne coopère pas dans cet effort, il peut imposer des mesures correctives conformément au Code d'éthique de la DSA. Le plaignant doit supporter tous les coûts d'un appel d'une décision prise en vertu d'un code d'entreprise, y compris les coûts tels que les frais de photocopie, de téléphone, de télécopie et d'envoi.

b. Procédure alternative d'application des règles
Dans certains cas, une société membre peut fournir un processus par lequel les plaintes peuvent être traitées et qui constitue un moyen tout aussi acceptable de résolution des plaintes. Dans de tels cas - à condition que le processus ait été officiellement examiné et approuvé par l'administrateur du code de la DSA - le processus de la société membre peut se substituer à l'adhésion à la disposition de la Section D. Règlements pour l'application du code de déontologie de la DSA. Pour que le processus d'application d'une société membre soit approuvé comme une alternative à la Section D, le processus doit contenir tous les éléments suivants :

  1. L'entreprise a adopté un processus d'enquête et d'examen qui reflète essentiellement celui présenté à la section D et qui contient à plus d'un titre, l'examen formel des plaintes concernant ses vendeurs ou représentants ;
  2. L'entreprise a adopté un procédé d'appel aux étapes décrites au paragraphe 1 ci-dessus qui comprend une révision par un tiers neutre et compétent, tel qu'approuvé par l'Administrateur du Code d'éthique de la DSA ;
  3. L'entreprise offre une garantie de satisfaction, ou l'équivalent, sur les ventes de produits aux consommateurs qui ne sont pas des vendeurs ou des représentants de l'entreprise membre ; et
  4. L'entreprise informe ses vendeurs ou ses représentants de la procédure de règlement des litiges de manière suffisamment transparente, notamment par des annonces sur son site web et dans la documentation appropriée.

c. Si une société membre répond aux exigences du paragraphe b. ci-dessus, la DSA indiquera sur son site Web que le code de déontologie de la société membre est une alternative approuvée qui a préséance sur le code de déontologie de la DSA Section D- de la règlementation de l'application du code de déontologie de la DSA.

d.Les entreprises qui figurent sur la liste alternative du Code des sociétés seront exemptées des dispositions de publication obligatoire de la section B.2 du Code et ne devront pas indiquer sur leur site Web ou dans une documentation séparée que les plaintes contre l'entreprise doivent être déposées auprès de l'administrateur du Code de déontologie de la DSA. Le site Web du Code de déontologie de la DSA indiquera toutefois que toutes les entreprises membres sont soumises à toutes les autres dispositions du Code de déontologie de la DSA. En outre, si l'administrateur du code de déontologie de la DSA constate qu'une entreprise figurant sur la liste alternative n'a pas respecté les exigences d'une telle liste, l'administrateur peut retirer cette entreprise de la liste.

Vers les sommets !

E. Les pouvoirs de l'administrateur

1. Solutions

Si, à la suite de l'audience prévue à la section 3 de la partie D, l'administrateur détermine que le membre accusé a commis une ou plusieurs violations du Code d'éthique, l'administrateur est par la présente habilité à imposer les mesures correctives suivantes, individuellement ou simultanément, au membre accusé :

  1. Exiger la restitution complète au plaignant des sommes payées pour les produits du membre accusé qui ont fait l'objet de la plainte en vertu du Code ;
  2. Exiger le remplacement ou la réparation d'un produit d'un membre accusé, dont la vente est à l'origine de la plainte déposée en vertu du Code ;
  3. Exigerle paiement d'une contribution volontaire à un fonds d'évaluation spécial qui sera utilisé pour faire connaître et diffuser le Code et des informations connexes. La contribution peut aller jusqu'à 1000 $ par infraction au Code.
  4. Exiger du membre accusé de soumettre à l'administrateur un engagement écrit à respecter le Code de déontologie de la DSA lors de transactions futures et à faire preuve de toute la rigueur nécessaire pour s'assurer qu'il n'y aura pas de récurrence de la pratique ayant donné lieu à la plainte relative au Code.
  5. Exiger l'annulation des commandes, le retour des produits achetés, l'annulation ou la résiliation de la relation contractuelle avec le vendeur indépendant ou d'autres recours.

Vers les sommets !

2. Affaire classée

Si l'Administrateur détermine que toutes les mesures correctives imposées ont été respectées dans un cas spécifique, il clôt l'affaire.

3. Refus de se soumettre à l'obligation

Si un membre refuse de se conformer volontairement à toute mesure corrective imposée par l'administrateur et n'a pas demandé une révision par le comité d'examen des demandes d'indemnisation, le conseil d'administration de la DSA, ou une partie désignée de celui-ci, peut conclure que le membre doit être suspendu ou résilié de son adhésion à l'Association. Dans ce cas, l'administrateur informera le membre de cette décision par courrier recommandé et lui rappellera son droit de faire examiner la décision initiale de l'administrateur par le comité d'examen des demandes d'indemnisation, conformément à la partie D, section 5 (procédure d'examen des demandes d'indemnisation) du présent code.

4. Appel pour une réintégration après une suspension ou un renvoi

Si la suspension ou la résiliation ne fait pas l'objet d'un appel, ou si elle est confirmée par le comité d'examen des appels, un membre suspendu, après au moins quatre-vingt-dix jours, et un membre résilié, après au moins un an, peuvent demander la possibilité de faire examiner leur suspension ou leur résiliation par le comité d'examen des appels qui peut, à sa discrétion, rétablir leur adhésion.

5. Renvoi à une agence étatique ou fédérale

Si un membre est suspendu ou licencié, et qu'il continue à refuser de se conformer à toute mesure corrective imposée par l'Administrateur dans les 30 jours suivant la suspension ou le licenciement, l'Administrateur peut alors consulter un conseiller juridique indépendant afin de déterminer si les faits constatés équivalent à une violation de la loi de l'État ou de la loi fédérale. S'il est déterminé qu'une telle violation a pu se produire, l'Administrateur en informera le membre accusé par courrier certifié ou recommandé, avec accusé de réception, et si des mesures appropriées n'ont pas été prises par le membre accusé, et communiquées à l'Administrateur après 15 jours suivant cette notification, l'Administrateur pourra soumettre les données pertinentes concernant la plainte à l'agence fédérale ou locale appropriée.

Vers les sommets !

F. Restrictions

1. Concerter avec d'autres personnes

À aucun moment au cours d'une enquête ou de l'audition des accusations portées contre un membre, l'administrateur ou le membre du comité d'appel ne doit s'entretenir avec qui que ce soit au sujet d'une violation présumée du Code, sauf dans les cas prévus par les présentes et si cela s'avère nécessaire pour mener l'enquête et tenir une audience. Toute information obtenue au cours d'une enquête ou d'une audience doit être traitée de manière confidentielle, sauf dans les cas où il a été déterminé que le membre accusé a violé des lois fédérales, étatiques ou locales. À aucun moment au cours de l'enquête ou de l'audience des accusations, l'administrateur ou un membre du comité d'appel ne doit s'entretenir avec un concurrent du membre présumé avoir enfreint le Code, sauf lorsqu'il peut être nécessaire d'appeler un concurrent au sujet des faits, auquel cas le concurrent ne sera utilisé que dans le but de discuter des faits. À aucun moment, un concurrent ne doit participer à la décision de l'administrateur ou du comité d'appel concernant une plainte.

2. Documents

Sur demande de l'Administrateur à tout membre, tous les documents se rapportant directement à une violation présumée doivent être remis à l'Administrateur. Toute information ainsi obtenue par l'Administrateur sera tenue confidentielle conformément aux termes du présent règlement et du Code. Chaque fois que l'administrateur, de son propre chef ou à la suite d'une décision du comité d'examen des appels, met fin à une action engagée en vertu du Code, le dossier du membre accusé est effacé et tous les documents, notes de service ou autres documents écrits sont soit détruits, soit renvoyés, selon ce que l'administrateur juge approprié, sauf dans la mesure où cela est nécessaire pour défendre une contestation juridique du traitement d'une affaire par l'administrateur ou le comité d'examen des appels, ou pour soumettre des données pertinentes concernant une plainte à une agence locale, nationale ou fédérale. À aucun moment, au cours d'une procédure en vertu du présent règlement ou du Code, l'Administrateur ou un membre du Comité d'examen des appels, que ce soit unilatéralement ou par l'intermédiaire de la DSA, ne doit publier un communiqué de presse concernant les allégations ou les conclusions d'une violation du Code, sauf si le Comité exécutif du Conseil d'administration de la DSA l'autorise spécifiquement à le faire.

3. Membres en attente de la DSA

Rien dans la partie F n'empêche l'administrateur de notifier, à sa discrétion, les membres du personnel de la DSA de toute violation présumée du Code qui a été portée à son attention et qui peut avoir une incidence sur les qualifications d'un membre de la DSA en attente de devenir membre actif.

Vers les sommets !

G. Démission

La démission de l'Association d'une société accusée avant l'achèvement de toute procédure constituée en vertu du présent Code ne constitue pas un motif de résiliation de ladite procédure, et une détermination quant à la violation du Code sera rendue par l'Administrateur à sa discrétion, indépendamment de l'adhésion continue de la société accusée à l'Association ou de sa participation à la procédure de résolution de la plainte.

H. Amendements

Le présent code peut être modifié par un vote à la majorité des deux tiers du conseil d'administration.

Tel que prévu
15 juin 1970

Tel que révisé
par le Conseil d'administration au
5 juin 2010